Bain de Forêt
0683599633
au 39 avenue Roger Martin du Gard 61130 Bellême ou me contacter sur resa@sylvoterrehappy.com

Bâton de parole, dialogue du vivant

Bâton de parole, dialogue du vivant

Bâton de parole, c’est un espace, un trait d’union, un point de fusion, un lieu d’expression où je vous partage des lectures, des poésies, des rencontres, des vidéos par l’écoute du vivant.

Aujourd’hui, je vous laisse découvrir une poésie écrite par Marie-Pierre après une Sortie SYLVOTerreHappy. Encore merci à Marie-Pierre pour se partage, le Bâton de parole est entre tes mains nous te lisons…

équateur

La cathédrale verte et rouge

A poussé mes murs intérieurs

                 Le corps mesuré au pied des grands seigneurs

                 A foulé une graine de cette immensité

 L’impossible de l’espace et du temps

 Au bord des yeux a parcouru

 Dans l’écrin brumeux des pins

 Les jaunes acidulés, les mousses chlorophylles

 Les orangés d’aiguilles

 La symphonie de l’extra lumière.

Au-delà du crâne, où est-il ?

                                                      Il n’y a rien à prendre

                                            Etre dépassé déposé

                                          Prière des pieds

                                        Se laisser submerger

                                      Par les grands vides élevés

          Là-haut la vie danse avec le ciel

            Balance et se penche

              Quand au pied les coupes s’enroulent

                En douces mottes aux col roulés

                   Hésitantes entre autels cicatriciels

                     Ou berceaux providentiels

                         Quand la vie frotte le ciel

                             La mort se dépasse en tapis infini

                                                                           Prendre un arbre à bras le corps

                                                                           Pour s’en faire un ami

                                                                           Oh la lente dégustation !

                                                                           Le glissando des mains

                                                                           Sur le corps vertical puis ventral,

                                                                           Et dans le chair à chair

                                                                           Goûter les roses intérieurs

La pluie enfin a délivré les larmes

Sous son large chapeau brillant

Map 11/18