Forêt vivantes ou déserts boisés ?

Les forêts françaises sont aujourd’hui à la croisée des chemins, comme l’a été l’agriculture dans les années 1950-1960.

En effet, depuis le Grenelle de l’Environnement en 2007, les appels à mobiliser davantage de bois se multiplient. Ainsi, les forêts sont de plus en plus considérées comme la solution miracle pour remplacer progressivement notre dépendance aux énergies fossiles. Dans ce contexte, en France, comme dans de nombreux pays européens, les projets industriels de valorisation énergétique du bois se multiplient. Les centrales à charbon sont reconverties en centrales à biomasse.

Pour faire face à cette demande croissante de bois, l’âge d’exploitation des arbres est sans cesse abaissé. Les forêts diversifiées sont transformées en monocultures intensives d’arbres, et cela de façon difficilement réversible. La pression s’accroît aussi bien sur les forêts privées que sur les forêts publiques. La biodiversité forestière disparaît, et les paysages se banalisent, réduisant les espaces de nature accessibles aux citoyens. Les forestiers voient leur métier se dénaturer et leurs conditions de travail se dégrader. Le service public de la forêt est menacé par un projet de privatisation de l’ONF. Les scieries traditionnelles périclitent et le tissu d’emplois liés à la filière bois s’amenuise.

Mais la forêt, c’est aussi un espoir avec des alternatives qui se multiplient et des résistances qui s’organisent face à son industrialisation. Car les forêts sont bien plus que du bois. Ce sont des écosystèmes qui abritent une irremplaçable biodiversité. Elles fournissent de nombreux services environnementaux (purification de l’eau, filtration de l’air, fixation du carbone) et sociaux indispensables à notre bien-être (variété des paysages, pratique des sports nature, espace de loisirs familiaux, lieux de ressourcement), jusqu’à constituer des espaces de déconditionnement par rapport à notre société de consommation et de frénésie. Qu’elles soient privées ou publiques, les forêts sont des biens communs au service de l’intérêt général comme le rappelle le Manifeste de Tronçais.

Pour ses deuxièmes Assises, le collectif SOS Forêt France appelle l’ensemble des citoyens, des collectivités, des professionnels et des scientifiques concernés par l’avenir des forêts à venir réfléchir et porter ensemble des propositions pour des forêts vivantes.
Les propositions portées par les Assises Nationales de la Forêt seront présentées à une commission parlementaire dans le cadre de la préparation d’un projet de loi sur les forêts.

Le programme des journées

Le programme des assises du 23 et 24 octobre 2019 à la Bergerie de Villarceaux

La soirée du 25 octobre à Paris

La marche citoyenne guidée par des forestiers du collectif le 26 octobre à Fontainebleau (Départ 10h de la gare de Fontainebleau – Circuit de 10 km pique-nique au bord du grand canal).

Infos pratiques

Pour financer les assises nous avons besoin de votre aide :

La Fondation Charles Léopold Mayer soutient SOS forêt en nous accueillant sur son site de La bergerie de Villarceaux. Ils nous offrent également l’hébergement et les repas. Cependant de nombreux frais restent à couvrir pour que ces assises puissent être un succès et portent leurs fruits. Merci pour ceux qui peuvent de contribuer financièrement à cette action collective importante pour la forêt Française.

Evolutions de l’ONF La mission inter ministérielle a rendu son rapport : « On a réformé, ça ne marche pas … il faut réformer plus fort et plus vite »

Face à l’évidence, les inspecteurs des 4 Ministères (Agriculture, Environnement, Finances et Fonction publique) rejoignent globalement l’analyse portée par les représentants des personnels de l’ONF depuis de nombreuses années : Missions de l’ONF et commandes de l’Etat insuffisamment voire pas du tout financées, engagements de l’Etat non tenus, injonctions ministérielles contradictoires, recettes de bois en baisse constante, Contrat 2016-2020 et objectifs de récolte irréalistes, défaut de transparence sur la situation financière réelle de l’ONF … : tout y est ou presque.

Pour la mission, la récolte de bois ne peut plus financer gestion et protection de la forêt. Le modèle économique de l’ONF a donc vécu. Mais pour elle, pas question de rémunérer les services environnementaux rendus par la forêt (eau, air, CO2, protection, biodiversité ….) donc pas de nouveau modèle économique à l’horizon. La mission propose 2 mesures significatives (capitalisation, cotisation retraites) mais qui ne donneraient qu’un sursis à l’ONF.

Pour le reste la mission préconise les mêmes recettes éculées qui n’ont pas fonctionné : • La réduction des effectifs, des missions, de la qualité de gestion… avec l’abandon proposé de 500 000 ha de forêts et milieux naturels communaux pas assez productifs !!! • L’accélération de la privatisation : arrêt définitif des recrutements de fonctionnaires, filialisation d’activités réalisées par 40% du personnel, exclusion de la « société civile » du futur Conseil d’Administration, adoption d’une logique d’entreprise privée qui agît dans son intérêt propre … et tant pis pour l’intérêt général.

La mission envisage même de pouvoir confier l’élaboration de la politique forestière, jusque-là définie par le Parlement et l’Etat, à une nouvelle « agence des forêts publiques ». Après le désengagement financier, le désengagement tout court ?

Et puis il y a le changement climatique clairement abordé sans répondre aux questions posées : Quels besoins nouveaux en recherche, ingénierie, nouveaux métiers ? Pour des gestions de crise et des risques naturels en hausse, quels moyens humains pour quels financements ?

Quand le climat met de plus en plus à mal hommes et écosystèmes, le gouvernement répondra t il à ces questions cruciales ? Pérenniser le service public forestier, ce serait une très bonne idée.

SOURCE – Syndicat National Unifié des Personnels des Forêts et de l’Espace Naturel (SNUPFEN) 

http://www.snupfen.org/IMG/pdf/communique_de_presse_du_17_juillet_2019.pdf

__

ASSISE DE LA FORET Octobre 2019 !

Les 23 et 24 octobre 2019 à la Bergerie de Villarceaux, soirée le 25 octobre à Paris et marche citoyenne le 26 octobre à Fontainebleau.

Pour participer, le nombre de place étant limitées et la logistique complexe, il est impératif de s’inscrire avant le 20 septembre.

Catégories : SYLVOBLOG

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *